Stéphane Rousseau : J’ai ri, j’ai ri, j’ai ri!

Stéphane Rousseau : J’ai ri, j’ai ri, j’ai ri!

226
0
PARTAGER

stephane-rousseau_AfficheJe m’attendais à voir un show qui allait plaire d’avantage à ma blonde qu’à l’homme qui écrit ces lignes. Et pourtant, j’ai ri. Non, j’ai vraiment ri. En fait j’ai ri d’un bout à l’autre du spectacle. Oui, Stéphane Rousseau est un beau bonhomme (et il le sait) qui attire beaucoup de demoiselles. Mais Stéphane Rousseau est avant tout un comique. Un gars qui a fait sa place dans le monde de l’humour il y a déjà belle lurette. On le sent, le public est conquis d’avance. Du moins les femmes!

Déjà en partant, le décor est impressionnant. La scène est entourée de gros rideaux rouges luxueux. La scène est surélevée et légèrement inclinée. Puis il y a cet écran en plein centre sur lequel seront projetées beaucoup d’images question d’ajouter à l’ambiance. Le budget est décidément plus gros que ce à quoi on est habitués. C’est classe, c’est chic, c’est gros. Et ce n’est pas qu’artifice car tout ça va éventuellement servir dans le spectacle. Oui, même les gros rideaux rouges! Mais revenons à Rousseau. Dans ce spectacle, intitulé « Les confession de Stéphane Rousseau », il se dévoile. Il parle de lui et nous livre des brèches de sa vie personnelle allant même jusqu’à nous raconter la mort de son père. Et on trouve ça drôle! Non il ne fait pas Madame Jigger. C’est derrière lui et visiblement il veut passer à autre chose. Le seul personnage qu’il offrira en guise de rappel est le sensuel Rico Chico qui viendra charmer les dernières femmes qui n’étaient pas encore tombées sous son charme!

Au bout d’une heure quarante-cinq minutes, on annonce la fin. Et même sans entracte, le public aurait été prêt à rester pour une autre heure. Rousseau est heureux, il est souriant et il trippe encore à faire rire. Chose certaine, j’ai ri, j’ai ri, j’ai ri… et ma blonde aussi!

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE