Patrick Groulx en toute vérité…

Patrick Groulx en toute vérité…

340
0
PARTAGER

PatrickGroulx

C’est avec une scène sans artifices que notre humoriste s’est montré à nous au fameux Théâtre Télébec de Val-d’Or. Aucun décor, un micro et un bon éclairage ont suffit pour nous faire passer une maudite belle soirée à l’écouter faire ce qu’il aime le plus, nous faire rire.

Dès le début, on le sentait bien à son aise et c’était évident qu’il trippait à se promener sur ces planches de long en large à essayer de saisir le regard de chacun de nous. Il était attentif notre Patrick et prenait bien soin de nous et de notre repos bien mérité de la fin de la semaine comme il disait. On sentait bien l’importance que l’on avait pour lui avec son sourire toujours aussi fier d’être là. C’est comme si on était tous de vieux amis et que l’on se retrouvait après une petite pause, le temps de se mettre à jour dans nos péripéties de la vie. Il a ce don de nous faire sentir ce privilège d’être là au bon moment et sincèrement, je trouve qu’il avait bien raison.

On a eu droit à un spectacle sans entracte qui a duré environ 1 heure et demi. Il nous a fait ça d’une traite comme dirait l’autre. Ça a passé beaucoup trop vite et je pense bien qu’on en aurait prit encore pour une trentaine de minutes. C’est quand on passe du bon temps qu’on ne le voit pas passer. Ce qui m’a surpris un peu et qui m’a plu, c’est le fait qu’il n’ait joué aucun personnage durant le show. Que du Groulx à l’état pur avec la générosité qu’on lui connaît. Seulement quelques grimaces sont venues nous rappeler ces rôles qui nous ont marqués au fil des années tel que Simon et le fameux « Moi j’aime ça les patates! » du brigadier. Ayant plusieurs amis vivant à Val-d’Or, il a perdu une ou deux fois le contrôle avec un fou rire causé par l’un d’eux. Même ça, c’était délicieusement comique à voir.

Le dernier numéro en était un de taille. Ça parlait du vedettariat en général, que ce n’était pas nécessairement des artistes qui étaient vedettes et vice versa. Ça disait aussi que ce n’est pas parce qu’un humoriste fait son épicerie comme tout le monde, qu’il doive la faire en gambadant tout en restant drôle à tous moments de la journée. Il a tout à fait raison de dire ça. C’est comme si un vendeur de cellulaire devait continuer à vendre ses cellulaires le soir en prenant un verre tranquille ou en étant en vacance sur le bord de la mer. Il nous expliquait aussi que ce n’était pas toujours facile de rester poli et accessible devant certaines personnes exigeantes envers la personnalité publique qui se trouve devant eux. Tout ça, en étant aussi drôle qu’au début du spectacle. Sa franchise est une qualité que je préfère et son souci de bien faire en est une qui lui va à merveille.

On a apprit qu’il allait délaisser la scène de ville en ville pour une période de cinq ans. Faut comprendre qu’il a une vie plutôt bien remplie et qu’avec deux enfants en bas âge, sans vouloir le citer,  il veut bien que ceux-ci le reconnaissent plus tard, et ça se comprend. Il va continuer à faire son émission « Job de Bras » (que j’adore regarder), de faire quelques autres apparitions à la télé et de continuer de faire de la radio même si c’est très tôt le matin à Rouge FM. En fait, ce n’est que la vie de tournée qu’il met de côté durant cette période et parions qu’au bout de ces soixante mois, il aura bien hâte de remettre les pieds sur les planches et de continuer de venir prendre de cette énergie qu’est celle de son public qui l’aime en les faisant rire comme il sait si bien le faire.

Merci Pat et reviens nous en feu dans cinq … 🙂

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE