L’autre planète de Réal Béland

L’autre planète de Réal Béland

293
0
PARTAGER

real-beland

Réal Béland a présenté son troisième one-man-show Une autre planète, vendredi soir dernier, au Théâtre Télébec. Si l’humoriste a décidé de se dévoiler davantage dans le cadre de ce nouveau spectacle, il aura aussi permis à son public de retrouver les personnages qui ont fait sa renommée. La première chose que nous avons faite, après avoir pris place, a été de participer à l’expérience interactive proposée par l’humoriste. Développée avec l’équipe de Moment Factory, qui a également eu pour mission de créer le visuel du spectacle, un questionnaire accessible via téléphone intelligent nous a permis de prendre part au ­déroulement de la soirée. On nous a demandé de voter pour le fond d’écran du spectacle (aquarium, mur de brique ou deux nains assis sur un banc qui fument une cigarette?) et de partager nos «problèmes» sexuels avec la madame du Sexe est dans l’enveloppe.

Même si Réal Béland a redoublé ­d’efforts pour faire en sorte que son spectacle puisse être qualifié d’interactif, l’humoriste n’avait pas besoin de la technologie pour atteindre son objectif. Naturellement, il a fait participer le public à la plupart de ses numéros.

Un spectacle qui débute sur les chapeaux de roue avec les Tim Horton, sa famille qui compte 4 filles,  2 biologiques et 2 asiatiques, du Béland à son meilleur par la suite, des mimes d’expression des plus absurdes les unes que les autres.  Malheureusement la fin de la première partie avec le King des ados, qui n’est pas mon personnage préféré, avec des blagues gratuites sur les artistes connus m’a laissé indifférent.

EN 2e partie il débute avec Mr Latreille, il appelle madame Lanctot de Malartic qui confectionne une maison d’Elvis, proposé par son petit fils lors des choix interactifs du début de la soirée. Un moment de purs plaisirs.  Le sexe est dans l’enveloppe, qu’on peut  vraiment qualifier de *sur une autre planète*, comme le suggère le titre de son spectacle. Je ne sais pas si je suis le seul à avoir remarqué, mais sa robe semblais bien remplie, je dirais rempli d’excitationJ.  Plusieurs ont adoré.

Le spectacle en son ensemble est bien roder et vraiment absurde, mais pour environ 30% du spectacle, j’ai l’impression de tomber dans la facilité et la vulgarité avec ses personnages et improvisations. Mais il vaut le détour.

Collaboration : Pascal Lemieux

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE