Éclats et autres libertés à l’Agora des Arts

Éclats et autres libertés à l’Agora des Arts

290
0
PARTAGER

Il y a de ces pièces de théâtre qui vous rentrent dedans par leurs propos poignants. Des pièces qui vous donnent envie de vous lever durant la représentation pour appuyer les comédiens et qui vous inspirent à changer le monde. Éclats et autres libertés fait partie de ces œuvres magnifiques. Créée par le Théâtre Le Clou il y a 3 ans, la pièce, imaginée par quatre cerveaux (Marie-Josée Bastien, Mathieu Gosselin, Étienne Lepage et Jean-Frédéric Messier), a déjà été présentée plus de 140 fois. Elle terminait d’ailleurs sa course folle à travers la France et le Québec hier, à Rouyn-Noranda.

ECLATS ET AUTRES LIBERTÉS

Il n’y a pas d’histoire dans Éclats, seulement quatre jeunes qui veulent faire bouger les choses, qui veulent s’exprimer et créer comme bon leur semble, au moment où l’inspiration les prend. Leur douce folie nous amène à réfléchir sur notre propre place en tant que créateur dans la société actuelle, sur notre propre façon de gober tout ce qui nous est dit, sans jamais rien remettre en question. Les personnages, interprétés par Ève Duranceau, Eve Landry, Sébastien Leblanc et Philipe Racine, ne sont pas contestataires ou révolutionnaires à l’extrême. Ils sont des êtres humains qui se posent des questions à voix haute et qui tentent de mettre des mots sur leurs malaises. C’est ce qui les rend si authentiques.

La pièce est destinée aux adolescents. Dans toute ma carrière d’amoureuse du théâtre, je considère que c’est le meilleur spectacle que j’ai vu pour initier les jeunes aux arts de la scène. Elle permet aux ados de réaliser que le théâtre, ce n’est pas que du Molière et du sérieux. C’est aussi de la folie, de la musique, du brouhaha, de la vie!

J’ai eu l’occasion de voir la pièce il y a trois ans à Montréal et je l’ai revu hier. Trois ans plus tard, je suis toujours transportée par les mots des interprètes qui trouvent encore écho en moi. J’envie presque la ferveur du personnage d’Eve Landry qui conteste, qui se lève et crie mais surtout, qui redoute l’inertie dont ont fait preuve. Je pourrais me lever moi aussi et créer quelque chose, n’importe quoi, à l’image des personnages de la pièce. Changer les choses, exprimer mes idéaux. Juste d’en parler et j’ai les doigts qui me démangent! Comment une pièce pour adolescents peut-elle autant me toucher? La magie du théâtre mes amis! 🙂

 

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE